Compostelle par 4 chemins

Compostelle par 4 chemins

"ses maris de Compostelle"

une des plus jolies histoires (vraies), racontée par les 3 protagonistes, un soir sur le Chemin, dans un gite.

 

"Je venais de prendre ma retraite, je ne savais pas trop comment me retourner, que faire ect .... je vois à la TV un sujet sur le chemin de Compostelle.

un choc : je veux partir ...

Ni une ni deux, je vais, en une semaine, acheter un sac, des chaussures, des bâtons. je lis des conseils pour faire le sac, j'enfourne j'enfourne sans trop réfléchir. j'emporte même mes produits de maquillage.

j'ai un petit chien, un chiwawa, je fabrique une poche ventrale en tissu pour le porter. Je rajoute ses croquettes dans le sac.

Un ami me dépose à St Jean Pied de port, et me voila partie, sans plus de préparation.

je franchis le col, j'arrive à Roncevaux et là, première épreuve, personne ne veut m'héberger avec le chien.

Qu'importe, je vais dormir à même le sol, sur le parvis de l'église.....

 

cette situation dure une semaine : dormir dehors, manger et se laver un peu n'importe où.

 

j'avance mais au bout d'une semaine, je craque.

 

je flanque tout mon barda par terre, je m'assois, j'enlève mes chaussures, et là, je pleure, je pleure, je pleure. je ressemble à un panda, avec mon rimmel qui me barbouille la figure. Ajoute mes cheveux teintés au henné, j'ai l'air d'une folle.

 

"merde, merde, merde, merde ....." je me lamente à travers mes pleurs et mes cheveux.

 

tout à coup, j'entends au dessus de moi, derrière moi, une grosse voix qui dit  : "qué merda ?  c'est quoi ça, merda ?"

 

deux grand costauds espagnols viennent s'assoir à coté de moi, me parlent. je leur raconte mon histoire. ils écoutent, ils parlent, puis ils me remettent debout : m'aident à remettre les chaussures, remettent mon sac en ordre et me montrent comment bien le porter ,ect ..... et commencent à marcher avec moi"

 

ces grands costauds espagnols ne la lâcheront plus jusqu'à Santiago, l'aideront chaque jour.

 

ceci se passe il y a 7 ans et depuis, chaque avril de chaque année, sonne chez notre pèlerine le téléphone : "on repart d'où cette année ?" et chaque année, les 3 amis font ensemble un nouveau chemin vers Santiago.

 

voila la jolie histoire de Y et de ceux qu'elle nomme "mes deux maris de Compostelle"

 

j'ai eu la chance de les rencontrer un soir, autour de la table de Mathieu.

 

et il n'y avait plus 1 chiwawa, mais 2, dans la poche ventrale ! sacré trio !

 

 

 

 DSCN7090[1].JPG

 

 

 

 



22/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres